Une activité physique soutenue réduit le risque de 5 maladies majeures
Article mis en ligne le 28 août 2016

par Arnaud
logo imprimer

par Stéphanie Lavaud

Seattle, Washington (E-U) – Une étude basée sur une analyse de 174 articles montre que des taux d’activité physique élevés sont associés à un risque moindre de cinq pathologies parmi les plus fréquentes : cancers du sein et du côlon, diabète, maladies coronaires (infarctus et AVC).

Mais pour obtenir un effet préventif significatif, de l’ordre de 20% de réduction du risque, il faut que la quantité d’activité totale pratiquée atteigne le niveau de 3000 à 4000 équivalent métabolique (MET) minutes/semaine, soit bien plus que les 600 MET préconisés par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Augmenter l’intensité de l’activité physique au-delà entraine une diminution supplémentaire du risque, mais avec un « retour sur investissement » énergétique relativement faible, surtout en ce qui concerne le diabète et les coronaropathies. L’étude est parue dans le BMJ.

12 études de cohorte, plus d’1 million de personnes

L’effet bénéfique de l’activité physique (AP) sur la santé n’est plus à démontrer en prévention primaire, comme secondaire, et tant sur les pathologies cancéreuses (et notamment le cancer du sein et du côlon) que sur le diabète ou encore les maladies cardiovasculaires (infarctus et AVC). Ce qui est, en revanche, beaucoup moins clair, c’est la quantité d’effort à fournir pour obtenir un impact conséquent. Sachant qu’1 MET correspond au ratio de la dépense énergétique d’une personne en activité par rapport à celle d’une personne au repos, l’OMS recommande un minimum de 600 MET, soit 150 minutes de marche rapide ou 75 minutes de course (running) par semaine pour obtenir un bénéfice sur la santé. Mais à ce jour, aucune étude n’a quantifié sur un mode dose-réponse la quantité d’activité physique à fournir (en prenant en compte toutes les activités quotidiennes) permettant de réduire le risque de survenue de ces 5 pathologies, indiquent les auteurs. D’où cette analyse systématique de toutes les publications (en anglais) parues entre 1980 et 2016.

Les chercheurs ont sélectionné un total de 174 articles (35 pour le cancer du sein, 19 pour le cancer du côlon, 55 pour le diabète, 43 pour la pathologie cardiaque ischémique, 26 pour l’AVC ischémique). Ils en ont extrait les données se rapportant à la pratique de l’activité physique de façon large, en précisant le type (loisir, occupations domestiques, mode de transport), la catégorie, la durée, la fréquence, l’intensité. Quand les études ont mesuré l’AP de façon quantitative mais sans les exprimer en METs, les chercheurs ont alors établi une correspondance. Ils ont par ailleurs utilisé un outil statistique de type bayésien, nouveau pour ce type d’études.
Comment atteindre 3000 MET min/semaine ?

Cela suppose d’incorporer quelques activités physiques à sa routine journalière.

Par exemple :

- monter des escaliers 10 minutes,

- passer l’aspirateur 15 minutes,

- jardiner 20 minutes,

- courir 20 minutes,

- et marcher ou faire du vélo 25 minutes (mode de déplacement)

L’essentiel de l’effet préventif dès les valeurs de 3000-4000 MET min/semaine

En utilisant un mode de représentation linéaire, on observe que les taux d’activité physique totale (ie prenant en compte toute activité réalisée au cours de la journée) les plus élevés sont associés aux risques les plus bas de survenue des 5 pathologies listées. Néanmoins, l’essentiel de l’effet préventif est obtenu dès les valeurs de 3000-4000 MET min/semaine. A des valeurs d’activité plus élevées, le gain est réduit, en particulier en ce qui concerne le diabète, l’infarctus et le cancer du sein dans une moindre mesure.

A titre d’exemple, les personnes avec un taux d’activité physique de 600 MET minutes/semaine ont une réduction de leur risque de diabète de 2% par rapport à ceux qui ne rapportent aucune activité physique. Une augmentation de 600 à 3600 MET min/semaine entraine une réduction du risque supplémentaire de 19%. Une même augmentation de l’intensité physique a, en revanche, un rendement plus faible pour des valeurs plus élevées : passer d’une AP de 9000 MET min/semaine à 12 000 MET min/semaine ne réduit le risque que de 0,6%.

Pour le cancer du sein, la réduction du risque est estimée à 1% quand on passe de 0 à 600 MET min/semaine (non significatif), avec une réduction additionnelle de 4% pour une augmentation de l’activité de 600 à 3600 METmin/semaine, et de 2% en plus encore quand on passe de 9000 à 12 000 MET min/semaine.

Rapportés aux différentes tranches d’intensité d’activité physique (tableau 1), les résultats montrent que, par comparaison aux femmes insuffisamment actives (celles rapportant une activité physique totale de moins de 600 MET min/semaine),

- le risque de cancer du sein des femmes les moins actives (600-3999 MET min), modérément actives (4000-7999 MET minutes) et très actives (> 8000 MET minutes) était réduit de 3%, 6% et 14%, respectivement.

Comparé aux individus insuffisamment actifs (hommes et femmes) :

- le risque de cancer du côlon était réduit de 10% chez les peu actifs, de 17% chez les personnes modérément actives et de 21% chez les très actifs.

Les réductions de risque étaient, respectivement :

- de 14%, 25% et 28% pour le diabète,

- de 16%, 23% et 25% pour la maladie coronaire,

- et de 16%, 19% et 26% pour l’AVC ischémique.

Tableau : relation dose-réponse entre l’activité physique et 5 pathologies

Tableau : relation dose-réponse entre l’activité physique et 5 pathologies

Activité physique en MET minutes/semaine

Risque relatif poolé (IC 95%)

 

Cancer du sein

Cancer du côlon

Diabète

Maladie coronaire

AVC ischémique

< 600

Référence

Référence

Référence

Référence

Référence

600-3999

0,967

(0,937 à 0,998)

0,903

(0,851 à 0,952)

0,857

(0,816 à 0,902)

0,837

(0,791 à 0,886)

0,843

(0,779 à 0,918)

4000-7999

0,941

(0,904 à 0,981)

0,833

(0,771 à 0,896)

0,748

(0,701 à 0,799)

0,769

(0,698 à 0,838)

0,810

(0,690 à 0,937)

> 8000

0,863

(0,869 à 0,900)

0,789

(0,735 à 0,850)

0,722

(0,678 à 0,768)

0,754

(0,704 à 0,809)

0,736

(0,659 à 0,811)

Hétérogénéité

0,002

(0,0001 à 0,008)

0,005

(0,0003 à 0,018)

0,050

(0,040 à 0,070)

0,042

(0,025 à 0,061)

0,016

(0,001 à 0,043)

MET pas parfaites

Si l’étude représente une avancée parce qu’elle cerne de façon plus précise que précédemment la quantité d’activité physique nécessaire pour impacter significativement la santé et qu’elle montre que les préconisations actuelles de l’OMS sont très en dessous de ce qui est nécessaire pour prévenir 5 maladies majeures, elle n’est pas sans présenter un certain nombre de limites, listées par les auteurs eux-mêmes.

L’une d’entre elles, reprise dans un éditorial, concerne l’hétérogénéité de l’activité physique quand elle est exprimée en MET (voir encadré). Avec ce mode de quantification, « il n’est en effet pas possible, disent le Pr Philippe Autier et Cécile Pizot (International Prevention Research Institute, Lyon), de savoir si la réduction du risque est différente en cas d’activité physique intense et de courte durée ou d’activité physique d’intensité légère mais sur un temps plus long ».

Par ailleurs, cette étude ne permet pas de connaitre les facteurs susceptibles d’impacter le lien entre AP et santé, ajoutent-ils et de citer l’exemple d’une étude récente montrant que la faible réduction de risque de cancer du sein pourrait s’expliquer par la prise d’un traitement hormonal substitutif, lequel abolirait les effets protecteurs de l’activité physique – les femmes qui n’en prendraient pas bénéficieraient du réduction du risque de 23% grâce à une activité physique modérée à énergique.

Enfin, l’utilisation de questionnaires validés et standardisés comme l’International Physical Activity Questionnaire (IPAQ) serait aussi, selon les éditorialistes, un bon moyen d’améliorer les connaissances sur les bénéfices associés à l’activité physique.

Reste que, dans le contexte actuel de vieillissement de la population, « plus d’attention et d’investissements devraient être dévolus aux interventions visant à promouvoir l’activité physique auprès du public », plaident les auteurs.
La dépense d’énergie pour une activité peut être exprimée en équivalents métaboliques (en anglais Metabolic Equivalent of Task ou MET). Une unité MET (= équivalent métabolique) est définie comme étant le ratio entre le taux d’une personne en activité et le taux d’une personne au repos.
A titre d’exemple, sauter à la corde a un MET de 10, expliquent les éditorialistes, ce qui signifie qu’une personne qui s’entraine pendant 1 heure dépense 10 fois plus d’énergie que si elle reste au repos pendant le même temps [2]. Les METs sont généralement cumulés sur une semaine. Donc, sauter à la corde pendant 2 heures, plus marcher pendant 4 heures à une vitesse modérée (soit 3 MET) sur une semaine équivaut à (2h×10)+(4h×3)=32 MET heures/semaine ou1920 MET minutes/semaines.

REFERENCES :

Kyu HH, Bachman VF, Alexander LT et al. Physical activity and risk of breast cancer, colon cancer, diabetes, ischemic heart disease, and ischemic stroke events : systematic review and dose-response meta-analysis for the Global Burden of Disease Study 2013. BMJ 2016 ;354:i3857 http://dx.doi.org/10.1136/bmj.i3857

Autier P et Pizot C. Meaningless METS : studying the link between physical activity and health. BMJ 2016 ;354:i4200 doi:10.1136/bmj.i4200


Forum
Répondre à cet article
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.0.99